Un miracle économique allemand ?

L’Allemagne est aujourd’hui le bon élève de la zone euro. Il faudrait donc s’inspirer de son exemple et appliquer son modèle de réussite dans les autres pays européens, et en France en particulier. Qu’en est-il vraiment ? Existe-t-il un véritable miracle allemand ces dernières années qui justifierait d’adopter les mesures pointées dans son succès ?

La bonne performance allemande est indéniable sur les marchés d’exportation depuis le début des années 2000, particulièrement en comparaison de la France : les exportateurs allemands ont maintenu leur part de marché à l’exportation là ou les français en perdaient, de sorte que les exportations françaises ne représentaient plus que 40% du niveau allemand en 2011, contre plus de 60% au milieu des années 1990. Cet indicateur, généralement mis en avant lorsqu’il s’agit de vanter la performance allemande, ne renseigne cependant en rien sur la richesse d’un pays.

Les exportations ne sont bénéfiques à un pays que si elles lui permettent d’augmenter son bien être/sa richesse. Un indicateur (certes toujours imparfait) plus approprié de la performance économique d’un pays est son PIB. De ce point de vue là, le miracle allemand apparaît beaucoup moins clair. Le PIB français croit plus vite que le PIB allemand tous les ans entre 1994 et 2005. Qu’en est-il ensuite ? Avant la crise, l’Allemagne croit plus vite que la France. En 2008, le PIB français représente 75% du niveau allemand…soit le même niveau que 5 ans auparavant.
Qu’en est-il après ? En 2009, l’Allemagne est l’un des pays le plus durement touché par la crise, du fait de son ouverture commerciale et donc de sa dépendance aux marchés étrangers. La reprise en 2010 lui est en conséquence plus bénéfique, ce qui ramène encore une fois le PIB français à 75% du niveau allemand. Ne reste que 2011 où la croissance allemande est supérieure à celle de la France et de ses principaux partenaires européens. Il apparait donc prématuré d’ériger l’Allemagne comme modèle de réussite économique. D’autant plus que les prévisions du FMI ne vont pas dans ce sens : 0.2% de croissance pour la France en 2012, contre 0.3% en Allemagne.

S’il semble difficile de trouver un miracle en comparant croissance des PIB allemand et français, sauf à très bien choisir l’année de comparaison (2005 par exemple est idoine pour cela), il existe un autre moyen de le faire : comparer les PIB par habitant. La population allemande augmentant moins vite qu’en France, le PIB par habitant augmente mécaniquement plus vite en Allemagne, de manière particulièrement prononcée depuis 2005. Cette comparaison est-elle pertinente ? Cela dépend de l’évolution de la structure de la population. Dans le cas allemand, la baisse de la natalité a fait baisser la part des 0-19 ans dans la population : depuis 2008, la population des 0-19 ans est plus importante en France qu’en Allemagne, alors que la population totale représente moins de 80% de la population allemande. Pendant une période de transition, la baisse de la natalité cependant n’entraine pas de baisse de la population en âge de travailler. L’Allemagne a par ailleurs augmenté son taux d’activité chez les 20-64 ans, de sorte que les populations actives en France et en Allemagne sont restées relativement stables. Ainsi, si l’on compare le PIB par personne active, il en ressort une tendance similaire à celle du PIB total.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s